Free Hosting

Free Web Hosting with PHP, MySQL, Apache, FTP and more.
Get your Free SubDOMAIN you.6te.net or you.eu5.org or...
Create your account NOW at http://www.freewebhostingarea.com.

Cheap Domains

Cheap Domains
starting at $2.99/year

check
Accueil   |  contacter nous   |  Mon Forum   |  Qui suis-je?
 

Analyse d’un tissu


Définition :
L’analyse d’un tissu c’est la détermination de toutes ses caractéristiques en vue, éventuellement, de reproduire le même article. Les caractéristiques sont principalement :
La distinction entre la chaîne et la trame;
Recherche d’armure;
Détermination du compte en chaîne et compte en trame;
Titres des fils de chaîne et de trame;
Torsion des fils et des duites;
Embuvage et retrait;
Poids du tissu (au m²) ;
Détermination de la matière première.

Analyse d’un tissu :

Distinction entre la chaîne et la trame :
Cette étape est simple surtout quant l’échantillon à analyser comporte une lisière. Dans le cas inverse, certains indices permettent de faire cette distinction :
La chaîne est plus résistante que la trame (généralement la torsion est plus forte);
Par transparence, la chaîne est plus rectiligne que la trame ;
Si l’un des fils est retors, c’est toujours la chaîne;
En écru, la présence d’encollage indique la chaîne;
Le compte en chaîne est souvent plus élevé que le compte en trame;
En conséquence, les fils de chaîne sont généralement plus fins que la trame;
Le sens de dessin peut parfois être un indice.

Recherche d’armure :
Pour la recherche d’armure, il faut suivre les étapes suivantes :

  • Déterminer l’endroit et l’envers du tissu ;
  • Enlever, dans le coin en haut et à gauche de l’échantillon des fils et des duites de façon à obtenir des franges de 1 cm dans les deux sens.
  • Dégager la première duite ;
  • Poser le compte fils sur le tissu (pour avoir un effet grossissant) et si possible, poser l’échantillon sur une boîte à lumière pour garantir un meilleur éclairage.
  • Séparer chaque fil par une aiguille et noter (au fur et à mesure) le passage des fils de chaîne en dessous et en dessus de la duite.

Remarque :
L’observation doit être inscrite sur du papier de mise en carte selon la convention dont l’énoncé est :
Un pris c’est le passage du fil au dessus de la duite. Il correspond à une case peinte.
Un laissé est le passage du fil en dessous de la duite. Il correspond à une case blanche.
Le rapport minimum correspond bien évidemment au rapport d’armure.
Il est possible de faire le pointé en trame quand le compte en chaîne est très serré par rapport au duitage. Dans ce cas, il faut tenir compte de l’inversion pour la mise en carte.

Détermination du nombre de fils en chaîne et en trame :
Cette détermination s’effectue généralement à l’aide du compte fils. On compte à travers la fente du compte fils le nombre des fils. Il y a lieu très souvent de répéter les observations afin d’obtenir une moyenne correcte.
Titre des fils :
La détermination du titre du fil s’effectue très facilement. Il suffit de poser une longueur bien déterminée. Par exemple, on pose 50 fils de 10 cm (soit la longueur totale de 5 m) et qui pèsent 0.25 g.
Sachant que le Tex est la masse en gramme de 1 km de fil, une simple règle de trois permet de trouver le titre :


Titre (tex) = 50


Remarques :
Pour le calcul du titre, il faut tenir compte de l’embuvage et de l’apprêt qui entoure les fils qui, par conséquence change le titre ;
Pour les petites longueurs du fil, on emploi des romaines micrométriques ;
Pour les tissus difficiles à détisser (tissus très foulés), on ne peut obtenir qu’une approximation du titre.

Torsion du fil :
Cette opération est effectuée à l’aide d’un torsiomètre à détorsion qui permet le contrôle du nombre de tours de torsion sur une longueur déterminée. Il est possible également de déterminer le sens de torsion (S ou Z).

Embuvage et retrait :
L’embuvage est par définition le retrait dans le sens chaîne. Le retrait c’est la même chose mais dans le sens trame. L’embuvage et le retrait sont exprimés en pourcent (%) par rapport à la longueur du fil dans le tissu.
Pour déterminer l’embuvage et le retrait, il faut suivre les étapes suivantes :
Prendre du tissu un fil de chaîne et un fil de trame ;
Mesurer leurs longueurs lorsqu’ils sont extraits du tissu (l0), puis une fois tendus (l) ;
La valeur de l’embuvage ou le retrait est calculée ainsi :


Embuvage/retrait (%)


Poids au m² :
Le poids au m² peut être obtenu directement en découpant un carré de tissu de 10×10 cm et en le pesant.


Poids de la chaîne (g):

Poids de la trame (g) :


Avec :
Cch : compte en chaîne ;
Ctr : compte en trame ;
E% : embuvage (en %) ;
r% : retrait (en %) ;
Nm : numéro métrique de la chaîne ou la trame ;
Si les fils de chaîne et les duites ont le même Nm ;

Poids d’un m² du tissu (g) :


Détermination de la matière première :
Un tissu peut être réalisé avec les mêmes matières en chaîne et en trame, ou au contraire avec des matières premières différentes. La composition des fils constituant la chaîne et la trame peut être homogène ou comporter deux types de matières différentes (cas de mélange binaire) ou plusieurs matières (mélanges multiples). Lorsque le tissu comprend des retors, ceux-ci peuvent être composés de fils identiques de composition homogène ou non, ou même des fils différents.
Toutes ces différences au niveau du tissu font que, parfois, il faut détisser l’article, séparer tous les éléments constituants et examiner chacun d’eux séparément. Les principaux tests effectués pour la détermination de la matière première sont :
Test microscopique :
Un premier examen des éléments ainsi séparés à l’aide de la loupe binoculaire ou du microscope, permet de juger s’il s’agit de fibres de même origine ou d’un mélange intime.
Coloration avec réactifs polychromes :
Les réactifs polychromes sont des mélanges de colorants dont l’application sur tissu ou sur touffe de fibres va permettre, s’il s’agit notamment d’un mélange, de reconnaître la nature de chaque fibre (chacune d’elles pouvant prendre une teinte différente).
Test à la flamme :
Pour ce test, quatre essais sont envisagés :
Approche de la flamme sans contact avec elle ;
Combustion dans la flamme ;
Chauffage des fibres par l’intermédiaire d’une plaque chauffante ;
Chauffage des fibres placées dans un tube à essai.
Identification chimique :
Certaines fibres résistent bien dans des milieux réactionnels et moins dans d’autres. Par exemple, la laine se dissous en milieu fortement basique et les fibres cellulosiques se dissous dans des milieux fortement acides. Quant à la soie, elle se dissout dans un milieu chloré. Pour les fibres chimiques, certains éléments constituants sont identifiés facilement tel que le soufre (odeur désagréable), le chlore (odeur piquante qui ressemble à celle de l’eau de javel),...
Indice de réfraction des fibres :
Les fibres sont plongées dans différents milieux d’indices de réfraction connus et observées au microscope. Ainsi, l’indice correspondant à la fibre examinée est facilement déterminé.